Rendre les autres heureux ne me rend pas puissante

Rendre les autres heureux ne me rend pas puissante

Ce que j’aime le plus au monde c’est voir les gens heureux.

Rien ne me rend plus heureuse de voir les autres heureux.

A un moment de ma vie (c’est probablement encore le cas aujourd’hui) j’étais prête à remuer ciel et terre pour que mes proches soient heureux.

Sans qu’ils me le demandent, je leur cherchais des solutions, je voulais contribuer à leur bonheur d’une manière ou d’une autre.

J’avais besoin de ce contrôle pour me sentir importante et puissante.

J’étais prête à m’épuiser pour leur montrer qu’ils pouvaient être heureux.

Aujourd’hui je sais que j’oeuvrais depuis la mauvaise posture : depuis celle de la sauveuse.

En cherchant à rendre les autres heureux je cherchais simplement à me prouver que j’étais heureuse.

En cherchant à rendre les autres heureux, c’était une manière pour moi de me rendre heureuse.

Je dépendais du bonheur des autres pour être heureuse.

Je n’étais pas dans ma puissance.

Je n’étais pas dans mon leadership.

Je me laissais emporter par ma peur de ne pas être vue, pas reconnue.

C’était tellement important pour moi de me sentir puissante en contrôlant la vie des autres et de me sentir aimée à travers les autres.

Je ne savais pas aimer et m’aimer autrement. En agissant ainsi je ne me rendais pas compte que je ne faisais pas confiance en la puissance de l’autre. Je ne me rendais pas compte que je le rabaissais. Je le faisais se sentir nul. Je lui montrais sans cesse qu’il était en échec.

Aujourd’hui je le sais.

Aujourd’hui c’est différent.

Aujourd’hui je m’occupe de moi, de mon intériorité.

Aujourd’hui je fais grandir ma puissance en prenant le contrôle sur mes pensées pour cultiver mon bonheur.

Aujourd’hui mon bonheur augmente (chaque jour un peu plus).

Je le vois parce que ma relation avec mon homme s’améliore clairement depuis un an.

La relation avec mes enfants est merveilleuse.

Je les vois s’épanouir à leur manière.

Je les vois en tant que créateur et non plus en tant que victime.

Je les vois prendre leur leadership sur leur vie.

Je n’ai plus peur pour eux.

J’ai décidé de leur faire confiance peu importe l’âge des enfants et peu importe ce que a à traverser mon mari.

Chaque jour je me crée des pensées qui me font croire ce que j’ai envie de ressentir.

Chaque jour je dirige mes émotions avec des pensées qui me font ressentir la joie.

Chaque jour je m’emploie à augmenter le volume de ce ressenti.Parce que je veux vivre une vie hors norme.#femme sauvage

Laisser un commentaire

*

code